Le service activités sociales de BATIGERE RHÔNE- ALPES travaille en étroite collaboration avec tous les services pour favoriser l’accès et le maintien dans le logement des locataires les plus fragiles. Une conseillère sociale et une chargée de développement social accompagnent les locataires au plus près de leurs besoins, toujours en lien avec les dispositifs de droit commun pour favoriser la mise en œuvre de solutions.

1. Écouter, accompagner et orienter les locataires

Les évaluations et accompagnements sociaux

Au quotidien, la conseillère sociale du service est interpellée par les différents services pour diagnostiquer des situations dites complexes qui peuvent donner lieu à des accompagnements spécifiques, si le locataire en exprime le besoin et l’envie. Généralement, l’accompagnement réalisé par le service social n’excède pas 4 mois, l’objectif étant de retisser les liens avec les dispositifs existants pour permettre aux locataires d’agir ensuite en autonomie.

image pleine largeur

En 2020, 71 ménages ont été accompagnés selon différents motifs : aide à l’accès au droit, demande de mutation, besoin de soutien dans le cadre d’un impayé…

Parallèlement 25 ménages ont bénéficié d’une évaluation sociale au moment de l’attribution de leur loge- ment, majoritairement dans le cadre de recours DALO. L’objectif étant d’avoir une attention particulière sur un public en difficulté, et d’évaluer également leur l’autonomie dans un futur accès au logement. Selon les situations, un accompagnement en interne ou en externe (ASLL via une association) pourra leur être proposé.

Plus de la moitié de ces recours émanent de personnes sans logement ou en situation d’hébergement (chez des tiers ou en logement temporaire).

Les locataires en impayés

96 locataires en impayés sont suivis par le service social afin de travailler sur des problématiques liées à l’ouverture de droits ou à des procédures d’expulsion arrivant à leur terme. Tous ne sont pas suivis dans le cadre d’un accompagnement de proximité.

L’objectif du service social est d’accompagner et d’orienter les locataires en vue de solutions quant à la résorption de leur dette locative : relais auprès du droit commun (Maisons de la Métropole de Lyon, CCAS), orientation auprès d’organismes tels que les caisses de retraite ou service CIL PASS ASSISTANCE d’Action Logement, recherche de logement moins onéreux…

11 locataires ont signé ou poursuivent leur plan d’apurement.

6 locataires en dette locative ou proches d’en contracter une, ont eu une proposition de logement dont 2 qui ont été mutés afin de résorber ou prévenir leur dette.

Les mutations sociales

Le nombre de demande de mutation est grandissant sur l’ensemble de la Métropole lyonnaise et constitue environ 40 % de l’ensemble des demandes d’attribution de logement social. Le service social de BATIGERE RHÔNE-ALPES poursuit son effort de mobilisation pour satisfaire les locataires considérés dans l‘urgence selon des critères qualifiés et objectivés, tels que la sous ou la sur-occupation, un logement trop cher, inadapté pour des raisons de santé ou de handicap, accident de la vie…

36 demandes de mutations sociales ont été référencées en 2020. Le service social a réalisé 30 propositions de relogement pour 16 refus de la part des candidats et 14 relogements effectifs.

Bien vivre, bien vieillir

Les locataires qui sollicitent BATIGERE RHÔNE- ALPES pour un aménagement de salle de bains, sont majoritairement retraités, avec une moyenne d’âge de 78 ans dans la Métropole de Lyon et de 80 ans dans la Métropole de Saint-Etienne.

Les demandes relèvent surtout d’une transformation de baignoire en douche. Les locataires évoquent des difficultés de santé principalement liées à l’avance- ment dans l’âge, et pour d’autres, liées à des maladies qui nécessitent des traitements lourds.

En 2020, 3 commissions « bien vivre, bien vieillir » ont eu lieu pour des demandes émanant pour la moitié de Saint-Etienne.

28 demandes d’aménagements de logement sur trois départements (Rhône, Loire, Isère) ont été adressés au service social en 2020, et 18 ont fait l’objet d’une étude en commission.

La commission a donné son accord de travaux pour 12 locataires.

Les locataires ayant bénéficié de travaux d’aménagement de logement sont tous satisfaits du résultat, et évoquent un travail esthétique de qualité.

12 aménagements de salle de bains livrés : 7 dans le Rhône et 5 à Saint-Etienne pour un montant de 45 000 € dont 12 300 € pris en charge par la CARSAT et la MDPH.

Le partenariat Pack Habitat social de la CARSAT a l’avantage, outre l’aide financière, d’agir également auprès des plus âgés sous un angle préventif, avec par exemple l’action Inter-Généreux avec Unis-Cité.


Mars à mai 2020 – garder le lien, quoiqu’il en soit

Durant la crise sanitaire et en particulier lors du 1er confinement de mars à mai 2020, tous les services de BATIGERE RHÔNE-ALPES se sont mobilisés pour soutenir les locataires les plus isolés, en particulier dans le cadre de campagne d’appels sortants. 617 locataires ont été joints.

Les locataires les plus âgés ont fait l’objet d’une attention particulière, en lien avec les équipes de la Croix Rouge ou des CCAS qui ont pris le relais avec efficacité et réactivité, pour des portages de repas par exemple.

Le service social a effectué 41 appels sortants dont 11 récurrents, à raison de deux fois par semaine.


 

2. Un engagement soutenu en faveur des publics prioritaires

Les accords collectifs

En 2018, les objectifs fixés dans le cadre du Plan Départemental d’Action pour le Logement des Personnes Défavorisées (PDALHPD) et précisés dans l’Accord Collectif Intercommunal et Départemental d’Attribution (ACDA) ont augmenté.

Le service social a réalisé 9 relogements sur un objectif de 9 au titre du volet MVS (Maison de la Veille Sociale) pour

les sortants de Centres d’Hébergements et de Réinsertion Sociale (CHRS). Dans le cadre de la crise sanitaire et le programme métropolitain « 0 remise à la rue », BATIGERE RHÔNE-ALPES a proposé davantage de logements, avec 11 propositions qui ont donné lieu à 9 attributions.

1 personne en situation d’emploi précaire, 6 personnes seules, dont 1 homme seul sans domicile, 1 famille mono- parentale, 1 couple avec enfants et 3 entrées se sont réalisées via des baux glissants.

Dans le cadre du programme Accel‘AIR, 8 ménages de réfugiés statutaires inscrits dans un programme d’insertion socio-professionnelle sur un objectif de 7 ont été logés par BATIGERE RHÔNE-ALPES.

6 personnes seules et 1 mise en colocation d’une fratrie. 5 d’entre elles sont en situation d’emploi et 2 bénéficiaires du RSA.

BATIGERE RHÔNE-ALPES a relogé 1 ménage en recours DALO sur son parc pour un objectif de 1.

En 6 ans, 111 ménages logés dans le cadre des accords collectifs et 9 ménages logés dans le cadre du DALO.

Concernant les ménages dits fongibles, considérés comme prioritaires sur le territoire de la Métropole lyonnaise, le service a formalisé 7 propositions, qui ont donné lieu à 7 relogements effectifs, sur un objectif de 14.

La crise sanitaire et les autres priorités identifiées pour lesquelles BATIGERE RHÔNE-ALPES a répondu présent, n’ont pas permis d’atteindre l’objectif.

Afin d’y arriver en 2021, un travail d’identification des ménages dit « fongibles » (taux d’effort supérieur à 30 % femmes victimes de violences, personne en situation d’hébergement) doit être intensifié en lien avec les offres de logements disponibles.

Dans le cadre de la crise sanitaire et pour suivre l’ambition « 0 remise à la rue » de la Métropole de Lyon, BATIGERE RHÔNE-ALPES a mobilisé son parc et proposé de nombreux logements sur une période donnée de septembre à novembre 2020 donnant lieu à deux relogements de personnes sans solution à la sortie de dispositifs d’urgence COVID.

Dans la Métropole de Saint Etienne, les objectifs « accords collectifs » de BATIGERE RHÔNE-ALPES ont été revu passant de 4 à 16 en 2021.

Les équipes de Saint-Etienne ont relogé 20 ménages labellisés accords collectifs. 14 d’entre elles étaient en situation d’hébergement.

 

Des partenariats associatifs forts

BATIGERE RHÔNE-ALPES travaille en étroite collaboration avec les associations du territoire pour favoriser l’accès et le maintien dans le logement de personnes en situation de vulnérabilité. Le partenariat se traduit par de la sous-location de logements et la mise en œuvre des baux glissants. Les possibilités de relogement des ménages accompagnés dans le parc de BATIGERE RHÔNE-ALPES sont toujours travaillées.

17 associations partenaires, 14 sur la Métropole lyonnaise, 3 sur la Métropole stéphanoise, 49 logements concernés, dont 15 en bail glissant (4 glissements en 2020).

 

Les associations qui louent des logements à BATIGERE RHÔNE-ALPES sur la Métropole lyonnaise :

et sur la Métropole stéphanoise :

3. Réhabilitation en milieu occupé

En 2020, BATIGERE RHÔNE-ALPES a mené deux

opérations de réhabilitation en milieu occupé :

• 14 logements Place Louise dans le 3ème arrondissement de Lyon

• 138 logements dans le secteur Université du 7ème arrondissement de Lyon

Le service social veille au bon accompagnement des locataires durant ces périodes de changement.

Chacun d’entre eux est rencontré pour leur permettre de bien appréhender les travaux et les conséquences du conventionnement de leur résidence sur leur bail.

Ensuite durant la mise en œuvre des travaux, le service social recueille les demandes des locataires et veille à la mise en lien avec le bon interlocuteur.

Depuis le début de l’opération de réhabilitation du 7ème arrondissement, 79 protocoles d’accord ont été signés par les locataires. 3 mutations ont été réalisées pour des raisons de santé, d’accessibilité, de sécurité ou de sur-occupation du logement et change- ment de situation familiale. 21 personnes ont bénéficié d’un accompagnement social dans le cadre des travaux.

 


Lyon 7 : une réhabilitation ambitieuse

En juin 2019, débutaient les travaux de réhabilitation en milieu occupé des logements à ces adresses 4, 6, 8, 64 rue Salomon Reinach – 18 rue Bonald – 50, 53, 55, 57, 58, 62, 64 rue Pasteur dans le 7ème arrondissement.

138 logements au total, 250 locataires concernés.

2020 a vu les travaux progresser, s’arrêter lors du 1er confinement puis reprendre avec le soutien d’Apertise en Maîtrise d’Œuvre Sociale afin d’accompagner au mieux les locataires face à la difficulté de vivre des travaux chez soi en période de crise sanitaire.

Les travaux à toutes les adresses ont pour objectif d’améliorer le confort, la sécurité et la performance énergétique des immeubles.

Le chantier devrait prendre fin en octobre 2021.


 

4. Renouvellement urbain

BATIGERE RHÔNE-ALPES participe au relogement des personnes dans le cadre du renouvellement urbain.

Au total, on dénombre sur 4 programmes (dont 2 neufs), la mobilisation de 18 logements et le positionnement de 26 candidats, mais seulement 6 relogements ont été réalisés car on constate de nouveaux refus (beaucoup de propositions en même temps).

Ainsi en 2020, dans la Métropole de Lyon :

2 baux ont été signés dans des logements neufs : rue Germain dans le 6ème et rue Valdo dans le 5ème, 1 bail dans une résidence existante rue Henry Gorjus dans le 4ème et 3 baux signés à Saint-Fons en lien avec Lyon Métropole Habitat dans le cadre du projet urbain.

5. Une implication dans le cadre du plan quinquennal du logement d'abord

image pleine largeur

Depuis mars 2018, la Métropole de Lyon est l’un des territoires de mise en œuvre accélérée du plan quinquennal pour le « Logement d’abord et la lutte contre le sans-abrisme » annoncé par le Président de la République.

L’objectif du plan « Logement d’abord » : sortir de la logique de l’hébergement d’urgence des sans-abri et les orienter rapidement et durablement vers le logement.

BATIGERE RHÔNE-ALPES s’est impliqué dans ce plan quinquennal en développant des projets d’alternative aux expulsions et en construisant des loge- ments sociaux très abordables.

 

Résidence « Perspectives »

Résidence de 37 logements qui a pour particularité d’intégrer 60 % de PLAI et d’être gérée avec 3 associations agréées. En 2018, le projet social a été revalidé par l’ensemble des partenaires associatifs et réservataires. Ainsi il a été acté l’inscription de la résidence dans l’Appel à Manifestation d’Intérêt « Logement d’abord » lancé par la Métropole de Lyon. Depuis, 5 logements ont été dédiés au logement de personnes avec « un parcours de rue » et les ménages sont suivis par un service social spécialisé de LAMSO. Un projet d’accompagnement collectif de la résidence est égale- ment en cours avec l’ALTM financé par la DDCS dans le cadre du FNAJDL et le fonds d’innovation sociale.

10 places en PLAI adaptés : 82 cours Docteur Long à Lyon 3ème

3 logements ont été réservés pour 10 places dédiées à des jeunes en difficulté qui seront accompagnés par des associations spécialisées.

Intégré à une résidence d’habitat classique, un projet social soutiendra le vivre ensemble et les implications de chacun dans les usages des parties communes.

Livraison : rentrée 2021

Partenaires : uncllaj, Ma Ville Verte, Atelier Emmaüs, Collectif Montchat

Projet soutenu par :

image pleine largeur

• Une alternative aux expulsions : l’accès à l’emploi

BATIGERE RHÔNE-ALPES expérimente depuis le mois de mars 2019 avec le cabinet de recrutement Nes&Cité et grâce au soutien financier de la Métropole de Lyon, l’accompagnement individualisé et de proximité de locataires fragilisés et/ou en impayés, désireux de retourner à l’emploi mais inscrits dans des logiques de non-recours.

 

-> Résultats positifs

  • Pour les 9 personnes retournées à l’emploi, on constate des locataires avec des compétences, une vision de leur projet mais un grand besoin de reprise de confiance, de mise en dynamique et d’ouverture sur un réseau que les locataires pouvaient considérer comme inaccessible.
  • Dans 2 situations, Nes&Cité est venu travailler avec les locataires la viabilité économique de leur activité d’autoentrepreneur, exerçant ainsi un effet miroir sur leur situation en particulier concernant leur dette locative. Dans ces deux situations, l’accompagnement a permis un sursaut et retour à l’emploi salarié plus sécurisant par rapport à leurs périodes de vie.
  • 2 locataires sur 9 sont restés très en lien avec Nes&Cité en particulier par téléphone, demandant essentiellement des conseils.
  • 4 locataires ont trouvé un emploi dans une entreprise cliente de Nes&Cité, ainsi Nes&Cité est très en lien avec l’entreprise permettant ainsi une sécurisation dans le début du nouveau parcours professionnel.
Job dating à Saint-Fons

Soucieux de pouvoir apporter une réponse supplémentaire en terme d’emploi et dans le cadre d’un partenariat de qualité avec l’association Nes&Cité, BATIGERE RHÔNE-ALPES en lien avec d’autres bailleurs (LMH et ALLIADE) a impulsé la mise en œuvre d’une action collective sur la commune de Saint-Fons qui a pris la forme d’un « job dating ».

Au vu de la pertinence d’une telle action sur cette commune, d’autres partenaires ont rejoint le projet ( Action logement, la ville de Saint-Fons), et six entreprises de secteurs en tension ont ainsi été « sélectionnées » en tant que recruteurs.

L’action qui a eu lieu en octobre 2020 a mobilisé en amont Nes&Cité dans le cadre d’un « porte à porte » sur les résidences de BATIGERE RHÔNE- ALPES, LHM et ALLIADE, afin de mobiliser un maximum de personnes. Près de 50 locataires ont ainsi été approchés.

Cette démarche a été fructueuse, puisque 24 per- sonnes se sont déplacées au job dating, dont 17 Saint-Foniards.

6 personnes ont pu bénéficier d’une remise à l’emploi dont 4 habitants de Saint-Fons. 6 personnes sont toujours en cours d’accompagnement.

Le succès de cette opération a mis en évidence la nécessité d’une démarche « d’aller vers » mobilisant ainsi plus de personnes, souvent découragées dans leur recherche d’emploi.

Une autre action similaire est prévue en 2021, toujours dans la commune de Saint Fons.